Mon amic

Régine HAY

 

Lo primièr còp que te vegueri, assetat tot solet, pareissiás escandilhar dins lo rai de solelh que t'esclairiá.

Pasmens pareissiás tan triste.

Quand m’agachères amb uelhs d’aur, sabèri qu'èra tu qu'esperavi e qu'anavas partejar ma vida.

Tamben saupères qu’es vengut cap a ieu, l’agach plen d’espèr.

Pendent una brava mesada, cada jorn, soi venguda te veire, e cada jorn, èra quitamènt lo  gaug de nos tornar veire e quitament lo tristor de nos tornar quitar.

Fin finala as poscut tornar amb ieu luenh d’aqueste acapte e fòra d’aquesta gabia : aquel jorn lisquèri a l’entorn de ton còl lo colar polit causit per tu. Sus aqueste colar, aviái agrafat una medalha onte ton nom èra gravat  «SPIROU » : ères adoptat e ères de longa de la familha.

 

Lo mieu can, lo mieu amic!

 

Mon ami

(traduction de l'occitan au français de Mon amic, par l'auteur, Régine HAY)

 

La première fois que je t’ai vu, assis tout seul, tu paraissais briller dans le rayon de soleil qui t’éclairait.

 

Cependant  tu paraissais si triste.

 

Quand tu m’as regardé de tes prunelles dorées, j’ai su que c’était toi que j’attendais et qui allais partager ma vie.

Tu l’as su aussi car tu es venu vers moi le regard plein d’espoir.

 

Pendant un long mois, chaque jour je suis venue te voir et chaque jour c’était la même joie de se retrouver et le même déchirement de se séparer.

 

Et puis enfin tu as pu repartir avec moi hors de ce refuge et hors de cette cage ; ce jour là, j’ai glissé autour de ton cou le collier choisi pour toi. A ce collier, j’avais accroché une médaille sur laquelle ton nom était gravé « Spirou » ;

Tu étais adopté et faisais partie de la famille pour toujours,

 

Mon chien,  mon ami !

 

Moun émit

(tranlaciun de l’occitan au poetevin-séntunjhaes de Mon amic, Régine Hay)

 

La prmiére foes que jhe t’ae vu assis tout seùl, o m’étét d’avis que tu trlusàes den le réyun dau soulall qui t’écllérét.

É prtant t’avis l’air trisce.

Quand tu m’as regardai avéc tés ells dorais jh’ae cunpris qu’ol étét toe que jh’atendi é que jh’aliun restàe ensenblle.

Tu z-ou as su étou pasque t'és venu de cuntre moe avéc de l’espoér pllén les ells.

Tout in moes de renc, jhe seùs venue te voer é chaque jhour ol étét le ménme pllési de se retrouvàe é pi la ménme paene quant o falét se çhitàe.

É pi in bea jhour, t'as pu te rendre avéc moe loén de queù refujhe, loén de quéle jhiaule ; queù jhour la, jh’ae jhilai autour de tun cou le colàe que jh’avi choesi pr toe. Su queù colàe jh’avi acrochetai ine médalle voure que tun nom étét émolai : « Spirou »

T’étis afiliai, tu fesis partie de la famille pr toujhou.

Mon chen, moun émit!