Benazet / Ben Azet ?

Peire REVOL

Fichier son


Lo calabrun. La placeta davans la gleisa de Suc tot just esclairida per un lum palineu. Clavelada sus un aubre una plancarda ; li a marcat : « Place de l’Oum ».

 

Un òme e una femna badan. Mòstri l’aubre e demandi a l’òme :

- « Es un òume aquest’ aubre ?

- Non pas ! es un perier

- Mai dins lo temps duvia li aguer un òume ; es marcat aqui.

- Benleu. Mai es pas per aquò. Fau saber que dins lo temps son venguts leis Arabis.

- Aquí ? dins aqueste païs perdut au mitan dei montanhas de Montcalm ?

- E òc. An daissat un molon de mòts. Tenetz ! la pròba : aqui « oum » ven de l’arabi « oum » que vau dire un endrech que lei rius se mesclan.

- Pas possible !

- E òc ! Aremarcatz tanben que Suc era un « Souk ».

- Coma ! un mercat arabi escondut en plena montanha ! Pantaiatz ? »

 

Alòr la femna :

-  C’est tout à fait vrai. Nous avons ici des historiens très sérieux qui l’affirment.

- Dien dei conarias.

 

A la femna la rabia li ven e mi creida :

- Et tous les gens d’ici qui s’appellent Ben Azet ? Qué ! »

 

Silenci. Siau estabosit per un tau colhundimi.

Aquò se debanet l’estiu de 2010. E òc !

 

 

Benoît / Ben-Oït ?

(Traduction de l’occitan en français de Benazet/ Ben Azet ? par l’auteur, Peire Revòl)

 

Le crépuscule. La petite place devant l’église de Suc à peine éclairée par un lampadaire palot. Clouée sur un arbre, un panneau : il y a marqué « Place de l’Oum ».

 

Un homme et une femme sont béats. Je montre l’arbre et demande à l’homme :

- C’est un orme cet arbre ?

- Pas du tout ! c’est un poirier.

- Mais dans le temps, il devait y avoir un orme ; c’est marqué ici.

- Peut-être. Mais c’est pas pour ça. Il faut savoir que dans le temps  les Arabes sont venus.

- Ici ? dans ce pays perdu au milieu des montagnes du Montcalm ?

- Et oui ! Ils ont laissé un tas de mots. Tenez ! la preuve : ici « oum » vient de l’arabe « oum » qui veut dire un endroit où les rivières se rejoignent.

- Pas possible !

- Et oui ! Remarquez aussi que Suc était un « Souk ».

- Comment ! un marché arabe en pleine montagne ! Vous rêvez ?

Alors la femme :

- C’est tout à fait vrai. Nous avons ici des historiens très sérieux qui l’affirment.

- Ils disent des stupidités.

 

A la femme, la rage lui vient et elle me crie :

- Et tous les gens d’ici qui s’appellent Ben-Oït ? N’est-ce-pas !

 

Silence. Je suis époustouflé par une telle bêtise.

Ça s’est passé l’été 2010. Véridique !

 

 

Benét /Ben-Ét

(Tranlaciun d’oucitan en poetevin-séntunjhaes de Benazet/ Ben Azet?, de Peire Revòl)

 

Basse-eure. La petite pllace devant l'égllise de Suc voure qu'o y at rén qu’in lanpadaere qu'écllérte casiment rén. Cllouàie su in abre, une pancarde voure qu'o y at de marcai « Pllace de I'oumea ».

In oume pi une fame badant la goule. I fé vere çhél abre é i demande a çhel oume :

- Ét ou in oumea çhel abre ?

- Bout ! Ol ét in poeràe.

- Mé den le tenp dasard qu'o y avét in oumea ; ol ét marcai çhi.

- O se pét bén dasard ! Mé ol ét pa pr çheù. O faut saver que lés Arabes avant venu çhi den le tenp!

- Içhi ? den çhau péyis prdu au mitan daus montagnes de Montcalm ?

- É voéll ! L'avant laessai tout pllén de mots. Tae ! pr z-ou acértenàe: içhi « oum » o vént de I'arabe « oum » çhi sunifie in endrét voure que les riviéres se rassenbllant. .

- Pa poussiblle !

- É voéll ! Remarquéz itou que Suc ol étét in « Souk »

- Coument ! ln marchai arabe canijhai en plléne muntagne! Vous sotinéz ?

 

Alore, la boune fame :

-  C’est tout à fait vrai. Nous avons ici des historiens très sérieux qui l’affirment.

- Le disant daus bàetises.

 

La boune fame se mét en pétrasse é a me baule den les orélles.

- - Et tous les gens d’ici qui s’appellent Ben Azet ? Qué ! »

É touts çhés mundes d’içhaulun çhi s'apelant « Ben Ét » ? Ét ou pa vrae !

Sogue. I se ébaubi pr ine soterie si conséquente.

 

Ol at arivai durant l'étai 2010. Pr sur !