Lo mèstre

Michel PEDUSSAUD

Fichier son

 

Ja lo despertador campaneja. Marca sèt oras, se cal levar.

Dins un canton de la cosina, dejunas plan coma cal, jos las agulhas del relòtge.

Quand fas la teleta, cap de pendula dins la sala de banh. Fa pas res, sas que n’as per vint minutas al max.

Dins la veitura, agachas lo tablèu per saber se siás tardièr o pas…

Al burèu pas de problèma, levat als cagadors, de pendulas n’i a de pertot. Se que non, plan segur, as totjorn lo tlefonilhet dins la pòcha.

E dins ta vida tota, dins cada lòc, a cada moment, que plòga o que solelhe, i a perpetualament cap a tu, l’agach del temps.

 

E la sabla, entre los dets del mainat, passa…

 

 

Signat : lo que s’arrèsta pas jamai.

 

 

Le maitre

(Traduction de l’occitan au français par l’auteur de Lo mèstre, Michel Pedussaud)

 

Le réveil vient de sonner. Il est sept heures, il faut se lever.

Dans un coin de la cuisine, tu déjeunes convenablement, sous les aiguilles de l’horloge.

Quand tu fais ta toilette, pas de pendule dans la salle de bain. Qu’importe, tu sais que tu en as pour vingt minutes, grand max.

Dans la voiture, tu regardes le tableau de bord pour savoir si tu es en retard ou pas…

Au bureau pas de problème, sauf aux toilettes, il y a des horloges partout. Sinon, bien sûr, tu as toujours ton portable à la poche.

Et durant toute ta vie, en chaque endroit, à tout moment, qu’il pleuve ou qu’il vente, il y a éternellement sur toi, le regard du temps.

 

Et passe le sable entre les doigts de l’enfant…

 

Signé : celui qui ne s’arrête jamais.

 

Le màetre

(tranlaciun de l’occitan au poetevin-séntunjhaes de Lo mèstre, de Michel Pédussaud)

 

Le révéll at rén que sounai. Ol ét sét eùres; o faut sortir daus balins.

Den in cogn de la çheùsine, te déjhunes bén coume o fàut, dessou lés aghelles dau relojhe.

Den l’endrét voure que te fes ta pllume, pa de relojhe dan la begnerie. O fét rén, te

sés que te n-en as pr in quart d'eùre pa mae.

Den l'auto, te regardes le tabllau de bord pr savoer, si t’és en retard obén pa.

Au burau pa de proublléme. Sauve den lés quemoditais, o y at daus relojhes prtout. Autrment, t’as trjhou tun brlinour den ta poche.

É toute ta vie, en chaque endrét, a tout moument, qu’o moulle obe qu’o vente, o y at tout le tenp su tàe le tenp çhi te regarde.

 

E le sablle, den lés déts dau draule, passe.

 

Paterafai : çheù-çhi çhi s’araete jhamae