Nadal se sarra

Luc DEJEAN

 

Blaïneja.

Doçamenet.

Doçamenet blaïneja.

Lagremas de pluèja perlejan long de las brancas negras e desencarnadas.

 

Las aplatanas del baloard quilhan lors braces cap al cèl, coma que prega.

Mas de qu'espèran?

Que tòrne montar una sava de renadiu? Que davale, d'un dius amagat dins l'escura nívol, un sembla-vida?

Nadal se sarra. De luquets de fèsta parpalhonèjan a l'entorn de la plaça.

Quauque jaitardièr artelha, enropat dins la manrega.

Prestament, lo recaliu entre lençòls enamorats!

Un buf de sisampa balaja trepadors e plora son lagui entre pòrtas e fenèstras.

Rai plògue, vente, jale!

S'endevinhan d'ostals de calor, de vidas calorosas, de cambras d'amanhagadas.

Una veitura trauca la nuèit e lèva un flan d'aiga que s'espandís sul trepador.

Ilhauç de bruch, de lum, de vida.

Tòrnan escuresina e  silenci.

Tòrna la cachavièlha de non-jamai finir.

Es partida la prima. E la vida amb èla.

De que fa?

Ont es?

Quina boca li ditz, ara, qu'es polida, doça, desirabla?

Demòra pas que non-res e desesper.

Sus sa fuèlha de carton, long del trepador, s'enropa lo SOS (*) dins sa marfega.

 

Lagremas de dòl perlejan long de sas cilhas negras.

Doçamenet blaïneja.

Blaïneja.

Doçamenet.

 

 

*****

 

(*) SOS: Sens Ostal Segur. En Francimand: SDF

 

 

Noël approche

(Traduction de l’occitan au français de Nadal se sarra, de Luc Dejean)

 

 

Il bruine.

Tout doucement.

Tout doucement il bruine.

Des larmes de pluie perlent au long des branches noires et décharnées.

 

Les platanes du boulevard dressent leurs bras vers le ciel, comme pour une prière.

Mais qu'attendent-ils?

Que remonte une sève de renaissance? Que descende, d'un dieu caché dans l'obscure nuée, un semblant de vie?

Noël approche. Des lampions de fête volettent tout autour de la place.

Quelque couche-tard presse le pas, emmitouflé dans son manteau:

Vite! Se réchauffer entre des draps d'amour.

Un souffle de vent froid balaie les trottoirs et pleure sa peine entre portes et fenêtres.

Qu'il pleuve, vente, gèle!

On devine la chaleur des foyers, des vies chaleureuses, des chambres d'étreintes.

Une voiture troue la nuit et projette une vague d'eau qui s'étale sur le trottoir.

Eclair de bruit, de lumière, de vie.

Reviennent obscurité et silence.

Revient le cauchemar éternel.

Elle est partie au printemps. Et la vie avec elle.

Que fait-elle?

Où est-elle?

Quelle bouche lui dit, en ce moment, qu'elle est belle, douce, désirable?

Ne restent que néant et désespoir.

Sur sa feuille de carton, le long du trottoir, le SDF s'enroule dans sa couverture.

 

Des larmes de douleur perlent au long de ses cils noirs.

Tout doucement il bruine.

Il bruine.

Tout doucement.

 

La nàu arive

(Tranlaciun de l’occitan au poetevin-séntunjhaes, de Nadal se sarra, de Luc Dejean)

 

O brouasse.

Tot docement.

Tot docement o brouasse.

Daus égraemes de plleùe goutant au lun daus branches négres é tricaùdes.

 

Lés pllatanes daus bouloar drçant lours bras vér le ciaù, coume pr priàe.

Mé qu’ét-o que l’éspérant  ?

Qu'o remunte ine sabe de revilajhe ? Qu'o déssende, d’in dieù capai den la nuàie brune, ine formance de vie ?

La naù arive. Daus lumerotes de fàete volinant alentour de la pllace.

Queuque aneùtai se praesse, encatinai den sun mantea.

Vite ! S’achauduràe entr lés lénçous d’amour!

Ine bufe de vent fréd jhénce lés trpours é maufine entr portes é fenàetres.

Qu’o moulle, vente, jhele !

Un devine la chalour daus foujhàes, daus vies chalourouses, daus chanbres d’amour.

Ine voeture creùjhe la neùt é fét écllistàe ine vague d’aeve çhi s’épare su le trpour.

Eloese de brut, de lumére, de vie.

Négretai é sogue revenant.

Batelajhi éternaù revént.

Al at parti a la prime. É la vie avéc yéle.

Qu'ét o qu'a fét ? Voure qu’al ét ? Quale goule li dit, asteùre, qu’al ét béle, doce, agralante ?

O rechte que niant é déséspoer.

Su sun cartrun, au lun dau trpour, le SDF se role den sa couvérte.

 

Daus égraemes de haere goutant au lun de sés usses négres.

Tot docement o brouasse.

O brouasse

Tot docement.