Romania

Jiròni BOULESTEIX

 

Romania

 

País latin, país eslave,

Luenh e tant pres d’aquè, la terra de mos grands.

Tu m’as acculhida, quante fujava ma vita.

I’ai apres ta linga e descubrit ta cultura, tas culturas.

I’ai viscut aveque los minors sens mina de Roşia Montană, la montanha roja,

 

Romania,

Tos ongrés de transilvania, tsiganes, eslovaques, ucrainés, lipòvenes dau deltà.

Tu ses richa de pòples e de culturas.

Mas ‘n’istòria ben complicâda, entre somission e rechercha identitat.

Ton recent modelatge comunista què balha a tas vilas ‘quel êr de país russe,

E quela nostalgia, lu sovenir dau temps ente l’escòla era gratuita,

Ente tot lu mond avia un trabalh, un lotjament.

 

Romania,

Degun te coneis, tot lu mond te critica,

Ilhs n’an pas vut tas montanhas, tas campanhas plenas de tradicions, ton deltà.

Ilhs n’an pas rencontrat tos pòples, escotat lors musicas ni minjat a lor taula.

 

Romania,

País latin, tu ses un pauc lu mi.

 

 

Roumanie

(traduction de l’occitan au français de Romania, Jiròni BOULESTEIX)

 

Roumanie

Pays latin, pays slave,

Si loin et si près d’ici, la terre de mes grands-parents.

 

Tu m’as accueillie, quand je fuyais ma vie,

J’ai appris ta langue, connu ta culture, tes cultures,

J’ai vécu avec les mineurs sans mine de Rosia Montana,

La Montagne Rouge.

 

 

Roumanie,

Tes Hongrois de Transylvanie, Tziganes, Slovaques, Ukrainiens, Lipovènes du delta.

Tu es riche de peuples et de cultures,

Mais ton histoire est bien compliquée, entre soumission et quête d’identité.

Ton récent moule communiste qui donne à tes villes cet air de pays russe,

Et cette nostalgie, le souvenir du temps où l’école était gratuite,

Où tout le monde avait un travail, un logement.

 

 

Roumanie,

Personne ne te connait, tout le monde te critique,

Ils n’ont pas vu tes montagnes, tes campagnes pleines de traditions, ton delta.

Ils n’ont pas rencontré tes peuples, écouté leurs musiques ni mangé à leur table.

 

Roumanie,

Pays latin, tu es un peu le mien.

 

 

Roumanie

(Tranlaciun de l’occitan au poetevin-séntunjhaes de Romania, Jiròni Boulesteix)

 

Roumanie

Péyis latin, péyis éslave,

Si tant loén é si tant pràe d’içhi, la taere de més pepais memais

 

Te m’as açheùllie, quant i fujhissàe ma vie,

I ae apris tun parlanjhe, queneùssut ta çhulture, tés çhultures

I ae vivai avéc lés mineùrs sen mine de Rosia Montana,

La muntagne rojhe.

 

Roumanie,

Tés Hungriéns de Transilvanie, Tziganes, Slovaquiéns, Ucraeniéns, Lipòvenes dau délta.

T’és riche de peplles é de çhultures,

Mé ine istoere bén enbrlificotàie, entr sujhiciun pi càete d’identetai.

Tun molajhe coumunisce de yér çhi doune a tés viles çhél aer de péyis russién,

E çheù regrét, la souvenance dau tenp qu’o felét pa péyàe pr alàe a l’école,

Quant tot le munde aviant de l’ouvrajhe, pi ine mésun.

 

Roumanie,

Prsoune te counét, tout le munde maudisant de tàe,

L’avant pa vu tés muntagnes, tés campagnes ac toutes lous tradiciuns, tun delta.

L’avant pa croesai tés peplles, écoutai lous musiques ni réçounai a lou tablle.

 

Roumanie,

Péyis latin, t’és in petit bout le mén.

 

Roumanie