Jos l’ametlièr

Francis DELOR

Fichier son

 

Tòrni veire aquel enfant

Assetat

Al pè d’un ametlièr

Jos l’arbre florit

Delembrat al fons de l’òrt

Que las erbas fòlas i venon :

Los trefuèlhs de las milas fuèlhas, l’eufòrbia, l’estranglassat.

Es enlai

Ocupat per la natura

Bada lo temps que passa

Subran !

Tal lo fasme, tal lo camaleon

Fa pas qu’un, pren còrs, fusiona

S’enrasiga,

Ambe l’arbre que li soritz

Sas racinas van luènh,

Fins al centre de la Terra.

Sos pelses s’estiran, invesibles,

Cap al Cel.

Sentís la Vida que raja,

Es lo jonhent entre dos mondes que se mesclan.

Dins son còr, seren,

Que li bat suavament.

Saboreja aqueste moment que lo temps existís pas pus

Lo bonaür de la prima !

Puèi, lo temps s’es enfugit.

Me’n soi tornat davant l’òrt delembrat.

Una pòrta rovilhada, entredubèrta.

La buti.

De traças de pases dins las èrbas fòlas

Que mostran lo camin cap a l’ametlièr.

Pr’aquò, gessa de traça, cap d’indicí de sa presençia,

Es pas pus aquí, l’enfant que cèrqui de l’agach,

Soi sol,

De cara a l’ametlièr

Que me soritz.

 

 

Sous l’amandier

(traduction de l’occitan au français de Jos l’ametlièr  par l’auteur Francis Delor)

 

Je revois cet enfant,

Assis,

Au pied d’un amandier.

Sous cet arbre fleuri,

Oublié au fond d’un jardin

Où poussent les herbes folles,

Les trèfles à mille feuilles,

L’euphorbe réveille-matin.

Il est là !

Absorbé par les éléments,

Il contemple le temps.

Soudain !

Tel un phasme, tel un caméléon,

Il prend corps, il fusionne

Avec l’arbre qui lui sourit.

Ses racines vont loin :

Jusqu’au centre de la Terre.

Ses cheveux s’étirent,

Invisibles,

Jusqu’au Ciel.

Il sent la Vie qui s’écoule,

Il est le confluent de deux mondes

Qui se mélangent en lui,

En son coeur serein

Qui bat calmement.

Il savoure ce moment du temps présent ;

C’est le bonheur du printemps.

Et puis, le temps est passé

Et je suis repassé

Devant ce jardin oublié.

Sa grille rouillée est restée entrouverte.

Des traces de pas, dans les herbes folles,

Montrent le chemin vers l’amandier.

Pourtant, aucune trace, aucun indice de sa présence.

L’enfant, que je cherche du regard,

N’est pas là.

Il n’y a que moi

Face à l’amandier fleuri qui me sourit.

 

Francis, 19 mars 2008

 

Debas l'amandié

(Tranlaciun de l’occitan au poetevin-séntunjhaes de Jos l’ametlièr  de Francis Delor)

 

I revoe quou draule

Assi

Au pai d’in amandié.

Dessou qual abre flleùri

Oubllai au funs d’in jhardin

Iou que lés érbes folasses y boutant,

Lés trenflles a mile feùlles,

Le lét de vache,

L’ét la !

Enbrénai pr la nature,

L’adore le tenp qui passe.

A d’in cop !

Queme in fasme ou bén in caméliun

Le fét pu qu’yin, le coule

Avéc l’abre qui li chaurit.

Sés racines alant loen :

Jhusqu’au mitan de la Taere.

Sés piaus s’étirollant invesiblles,

Jhusqu’au Ciàu.

Le sent la Vie qui sourde,

L’ét le jhoént entr deùs mondes

Qui se maelant den li,

Den sun çheùr trançhile

Qui bat pllanjhement.

Le prise quou moument dau tenp présent ;

Ol ét le bouneùr dau préntenp

É pi le tenp at passai

É i ae repassai

Devant quou jhardin oubllai.

Sa grille roullàie at réstai moetai ouvérte.

Daus patachis, den lés érbes folasses,

Muntrant le routin ver l’amandié.

Enrére pa ine traenàie, rén qui fét vere que l’ét la.

Quou draule qu’i chrche a voer,

L’ét pa la.

I sé seùl

Devant l’amandié flleùri qui me chaurit.