Accueil Textes du concours 2011 Textes Occitan Ma mnine, epu Mma en segond

Ma mnine, epu Mma en segond

Danielle DOUADY-BOUQUET (Prèmi especiau de la jurada)

 

-Ne partaviant pas par la jornada sans aver vérifia si là pochées contenaviant :

Un couteu ou gouzille, un chapelet, la so benite et le porte mounaie (ou porte mounaye) avec le mouchoué par-dessus !

Ma grand’ MMA EMILIE, queu fasi lou marchas, avi un jupon en pilou avec un gousset. Elle ne peuvi pas été destroussade !

-Ma Mnine « SUZ » pendant qui couvave mâ « maladies d’enfance » din le ptit lit à barres en boué qu’elle avi na querr en char à banc a ane din lamaisou où eti nade sa MMA en 1868 ! Elle avi entendu là troupées allemandes su la grand’ route !

- Elle me contrefaisi cinq ou six fannées deu bourg de Darnac avec leuré mimiques et sobriquets :

- La Marie « la vérité », La Milie, La Marguerite, etc, etc.

-Elle avi augu un abcès au pouze et avi garda sa première phalange din d’une fiole empide d’alcool à 90° . Me, queu sussi le mene pû ptcho, eu z’auri eta mior ! Elle posi de la ventouzés ou be deu la sangsujes par son PPA (par absorba le sang quéti congestiouna) pû las fasi degorga ! Ouéti granguignolesque !

-Elle me montri lou lapis qu’elle depouillave, puis fasi ver lou organes…

 

(Grafia de l’autor)

 

 

Ma menine, e pu Mema en segond

Danielle DOUADY-BOUQUET (Prèmi especiau de la jurada)

 

-Ne partaviam pas par la jornada sans aver vérifiat si las pochées contenavian :

Un couteu ou gosilh, un chapelet, la sau benite e  le porte-mounaie avec le mouchoe par-dessus !

Ma grand MEMA EMILIE, que fasie los marchats, avie un jupon en pilou avec un gousset. Elle ne pevie pas estre destrossade !

-Ma Menine « SUZ » pendant qu’i couvave mas « maladies d’enfance » dins le petit lit à barres en boes qu’elle avie ‘nat querre en char à banc a asne dins la maison où etie ‘nade sa MEMA en 1868 ! Elle avie entendu las tropées allemandes sus la grand route !

- Elle me contrefasie cinc ou sis fanées deu borc de Darnac avec leurés mimiques et sobriquets :

- La Marie « la vérité », La Milie, La Marguerite, etc, etc.

-Elle avie augut un abcès au pouze et avie gardat sa première phalange dins d-une fiole empide d’alcool à 90°. Me, que sucie le mene pouse, eu z-aurie estat milhor ! Elle posie de las ventosées ou be de las sangsujes par son PEPA (par absorbar le sang qu’étie congescionat) puei las fasie desgorgar ! Ou étie granguignolesque !

-Elle me montrie los lapins qu’elle despolhave, puei fasie veire los organes…

 

(Grafia de referença de l’Institut d‘Estudis Occitan e grafia francesa)

 

Ma marraine et seconde mère

(Traduction en français de Ma mnine, epu Mma en segond, Danielle Douady-Bouquet, Prix spécial du jury)

 

- Nous ne partions pas pour la journée sans avoir vérifié si les poches contenaient :

Un couteau ou canif, un chapelet, le sel béni et le porte-monnaie avec le mouchoir par-dessus !

- Ma grand-mère Emilie, qui faisait les marchés, avait un jupon en pilou avec un gousset. Elle ne pouvait pas être détroussée !

- Ma marraine « SUZ » pendant que je couvais mes « maladies infantiles » dans le petit lit à barreaux en bois qu’elle avait été chercher en char à banc à âne dans la maison où était née sa mère en 1868 ! Elle avait entendu les troupes allemandes sur la grand-route !

-Elle me contrefaisait cinq ou six femmes du bourg de Darnac avec leurs mimiques et sobriquets :

-La Marie « la vérité », La Milie, La Marguerite, etc, etc.

Elle avait eu un abcès au pouce et avait gardé sa première phalange dans une fiole emplie d’alcool à 90° ; moi qui suçais mon pouce, ç’aurait été meilleur ! Elle posait des ventouses ou des sangsues pour son père (pour absorber le sang qui était congestionné) et les faisait dégorger ! C’était granguignolesque !

Elle me montrait les lapins qu’elle dépouillait et me faisait voir les organes…

 

 

Ma mérine é segunde mére étou

(Tranlaciun en poetevin-séntunjhaes de Ma Mnine, epu Mma en segond de Danielle Douady-Bouquet)

 

I partiun jhamae pr la jhornàie sen étre ben sur qu’o y avét den lés foullouses in coutea de çheusse ou bé in gani, in chapelét, la sàu bénite é le boursicot (oube porte-mounàie) ac le mouche-naès en-su !

Ma memae Emilie, çhi fasét lé marchai, al avét in cotellun en pilou ac in goussét. A pevét pa se faere grapinàe.

Ma mérine « Suz » tant qu’i couàe més « malandres de jhenéce » den çhau petit lit a roluns de boes qu’al avét étai queri ac sa charabine a bardin den la mésun voure qu’étét naessue sa mère en 1868 ! Al avét entendi lés réjhiments d’Allemands su la grante-route !

Al émitét cénc ou sis fames dau bourc de Darnac avéc leùs mines é leùs chafres :

- La Marie « la vérité », La Milie, La Marguerite, etc.

-Al avét yut in apcès a in pouse é avét gardai sa prmiére énce den ine topéte plléne d’alcol a 90°. Màe çhi sucàes mun pouse, ol arét étai bé méllour ! A posét daus éventouses oube daus sansujhes pr sun pére (pr engoulàe le sang qu’étét cunjhésciounai) pi lés fesét désengoulàe !

Ol étét granguignolésque !

A me fesét vere lés lapins qu’a dépialét é me fesét vere leùs roganes…