Lo fau de Jòrgi

Maryse AVRIL, 3e prèmi

 

I a benleu tres cents ans

Desrodada per lo vent

O emparada per n’auseu

‘na faina trobet son bonur

Sus naut , au chap de la buta

Per balhar mai beu qu’un liaraud

Un subrebeu faian

Sus l’òrle dau chamin.

 

Sas racinas ancrenilhadas

Dins la terra nuriciera

L’estachan a sempre

Contra vents e tormentas.

Son fust musculós coma un tòrse

Gris clar coma l’argent  e pijassat de blanc,

Sas branchas esfarfalhadas en trompas d’elefant,

Son fuelhadís verd et lusent,

Sa solombrada desplejada plan loenh a l’entorn,

Eu sembla quilhat ‘lai-sus per l’eternitat.

 

Jòrgi n’es pus despeu longtemps dins las memòrias

Mas  son fau es totjorn d’en-pes,

E pasmen, un còp l’autre ,

Le faian s’esbrunlarà coma ‘ na pelha,

Destruch de dedins per lo temps

E cussonat per la vermina

Eu tornarà a la terra ;

Mas benleu que ‘na faina

A son tour trobará son bonur

Sus-naut, au chap de la buta,

Sur l’ òrle dau chamin.

 

Le hêtre de Georges

(traduction de l’occitan au français de Lo fau de Jòrgi de Maryse Avril, 3e prix)


Il y a peut-être trois cents ans

Transportée par le vent

Ou échappée par un oiseau

Une faine trouva son bonheur

Là-haut, au sommet de la butte

Pour donner bien plus qu’un roseau

Un gigantesque hêtre

Sur le bord du chemin.

 

Ses racines ancrées

Dans la terre nourricière

L’arriment à jamais

Contre vents et tempêtes.

Son tronc musclé comme un torse

Gris clair comme l’argent et tacheté de blanc

Ses branches étalées en trompes d’éléphants

Son feuillage vert et luisant,

Son ombre qui s’étend bien loin à l’entour,

Il semble planté là-haut pour l’éternité.

 

Georges n’est plus depuis longtemps dans les mémoires,

Mais son hêtre est toujours là

Et pourtant, un beau jour

Le hêtre s’effondrera comme une chiffe

Détruit de l’intérieur par le temps

Et bouffé par la vermine,

Il retournera à la terre;

Mais peut-être qu’une faine

A son tour trouvera son bonheur

Là-haut, au sommet de la butte

Sur le bord du chemin.

 


Le fou de Jhorjhe

(tranlaciun de l’occitan au poetevin-séntunjhaes de Lo fau de Jòrgi, Maryse Avril, 3e pris)

 

Ol  at vantér troes cents annàies

Enmenàie pr le vent

Obe prdu pr in osea

Ine fouine trouvit sa benaesetai

En-su, en hàut de la bute

Pr dounàe bén mé qu’ine rouche

In grou fou

A ras dau routin.

 

Sés racines acrochetàies

Den la tére çhi lés afijhe

L’amarant a jhamae

A cuntre vent é tenpàete

Sun fut muscllai coume ine poetralle

Gris cllér coume l’arjhent é pijhassai de bllan,

Sés branches éparàies parélles coume daus trunpes d’éléfants,

Sun foullajhe vart et lusent,

Soun unbre  éparàie bén lén aus entours,

Le senblle pllantai en-su pr trjhou.

 

Jhorjhe ol at ben luntenp que pu prsoune sunjhe den li,

Mé sun fou ét trjhou la,

É prtant in bea jhour

Le fou s’éfaujherat coume ine guenelle

Pouri pr le tenp

E poullounai pr lés coussuns,

Le s’entornerat a la tére ;

Mé ine fouine dasard

Troverat sun bouneùr

En-su, en hàut de la bute

A ras dau routin.