Accueil Textes du concours 2011 Textes Occitan Lo parpalhòu color de temps

Lo parpalhòu color de temps

AC, 3e prèmi ex-aequo

Fichier son

 

Un jorn, veguei un parpalhòu color dau temps que fai. Voletava d’aquí, d’alai, color d’un mandin de prima, plen de freschor e de rosada, quand los fums monten daus fons… Venguet se posar sur mon espanla, sur ma man, e lo trobei talament gente que l’adoptei. Qu’era un parpalhòu que chamjava de color : color de solelh lo jorn, la nuech veniá color de ‘rocana… Mas n’òm podiá veire ‘na tacha negrarda sur son ala, ‘n’anciana endechada que fasiá veire que o aviá suffert. Quand o siguet bien aprivat, sa tacha aviá disparegut, faguet un pitit parpalhòu e nos eram bien eirós tots tres.

Mas veja ben que quauqua ren ne ‘nava pas : o s’embrimava pitit a pitit, o veniá color d’auratge de mai en mai suvent… Lo laissei s’en anar : l’aimava tròp per lo laissar sufrir.

Lo parpalhòu s’en anet coma son pitit…

O es partit, mas o es pas mòrt : lo tornei veire de temps en temps que voleta d’aquí, de lai…

E me, restei tot sol ; aura, qu’es me qu’ai la tacha negra, mesma si degun la veu… Mon estiu de la sent Martin era chabat, d’un còp quò siguet l’ivern, l’ivern de la solituda, l’ivern de la vielhessa, la traversada dau desert e au bot dau chamin, lo grand saut…

Los parpalhòus, quò ne s’apriva pas, qu’es fai per èsser libre…

 

Parpalhòu independent,

Parpalhòu color de vent,

Parpalhòu color dau temps,

Color dau temps que fai,

Color dau temps que passa

E ne torna jamai…

 

Janvier 2011

 

 

Le papillon couleur de temps

(traduction de l’occitan au français de Lo parpalhòu color de temps, par l’auteur, AC, 3e prix ex-aequo)

 

Un jour, je vis un papillon couleur du temps qu’il fait. Il voletait de ci, de là, couleur d’un matin de printemps, plein de fraicheur et de rosée, quand le brouillard remonte des vallées… Il vint se poser sur mon épaule, sur ma main, et je le trouvai si joli que je l’adoptai. C’était un papillon qui changeait de couleur : couleur de soleil le jour, la nuit il venait couleur d’arc en ciel… Mais on pouvait voir une tache noirâtre sur son aile, une ancienne blessure qui faisait voir qu’il avait souffert. Quand il fut bien apprivoisé, sa tache avait disparu, il fit un petit papillon et nous étions bien heureux tous les trois.

Mais je voyais bien que quelque chose n’allait pas : il se ternissait petit à petit, il devenait couleur d’orage de plus en plus souvent… Je le laissai partir : je l’aimais trop pour le laisser souffrir.

Le papillon s’en alla avec son petit…

Il est parti, mais il n’est pas mort : je le revois de temps en temps qui volète de ci, de là…

Et moi, je restai tout seul ; maintenant, c’est moi qui ai la tache noire, même si personne ne la voit… Mon été de la saint Martin était fini, d’un coup ce fut l’hiver, l’hiver de la solitude, l’hiver de la vieillesse, la traversée du désert et au bout du chemin, le grand saut…

Les papillons, ça ne s’apprivoise pas, c’est fait pour être libre…

 

Papillon indépendant,

Papillon couleur de vent,

Papillon couleur du temps,

Couleur du temps qu’il fait,

Couleur du temps qui passe

Et ne revient jamais…

 

 

Le parpallun coulour de tenp

(Tranlaciun de l’occitan au poetevin-sénntunjhaes deLo parpalhòu color de temps, AC, 3e pris ex-aequo)

 

In jhou, i véyi in parpallun coulour dau tenp qu'o fét. Le volinét d'içhi, de lae, coulour d'in matin de prime, pllén de fraechour é d'égall, quant le fumall munte debas. .. Le vénghit s'apouàe su men épale, su ma mén, é i le trovi si tant jhéli qu'i l'afilii. Ol étét in parpallun çhi virét de coulour: coulour de soulell de jhour, de neùt le venét coulour d'arc en ciàu… Mé i peviun vere ine lune négre su sen ale, in vieù màu çhi fasét vere que l'avét pati. Quant le seyit bén aprivai, sa lune s'avét évesibllai, le fasit in petit parpallun é i étiun bén éreùs tots troes.

Mé i veyàe bén que çheùque chouse alét pa : le palesissét tot cha petit, l'étét rendu coulour d'orajhe de mae en mae souvent... i le laessi se nalàe : i l'aemàe bèn trop pr le laessàe soufrir.

Le parpallun se nalit avéc sun draule...

L’ét parti, mé l’ét pa mort : i le vé a daus cops çhi voline d’içhi, de lae…

E màe, i réste tout seùl ; avoure, ol ét màe qu’at ine lune négre, ménme si psoune pet la vere… Moun étai de la Sént Martin étét fini, o seyit l’ivar tout d’in coup, l’ivar de la souletai, l’ivar de la vélléce, le passajhe den le désart é au bout dau chemin, le grand sàut…

Lés parpalluns, o s’aprive pa, ol ét fét pr étre libre…

Parpallun échalupai,

Parpallun coulor de ven,

Parpallun coulour dau tenp,

Coulour dau tenp qu’o fét,

Coulour dau tenp qui passe

É çhi revént jhamae…