Paire, mon paire

Silvia BERGER, 2e prèmi

 

Totes los turgans de totas las ribièiras an desaparegut

Se son calats los molinets de sambuc

Las sèlvas an engolit las cabanèlas

Arquets, fondas e canas escultadas tòrnan fusta

 

Paire, mon paire

E tot çò que viviá per tas mans

 

Los fossils son muts

Lo mica, lo qüars lusisson pas pus

E la roca cala l’istòria de la tèrra

La giròla a perdut son perfum

Lo cocut canta pas pus

 

Paire mon paire

E tot çò que viviá per tos mots

 

L’amora es fada jos la lenga

L’aire sagna pas pus blau

Lo gorg es de glaça

Lo còr de la grisòla tòca pas pus ma man

 

Paire mon paire

E tot ço que viviá per tos senses

 

Negre es lo bòsc lauseròt

Sens resson de rire, sens jòc

Nauta e freja la montanha

Qu’escrafèt sos vialets

 

Paire mon paire

E tot ço que viviá per ton amor

 

Ai breçat ta partença de cants de ton país

 

O Tolosa

 

Sorisiás en passant lo miralh

Mas dins mon còr plora l’enfant…

 

O tot çò que preniá sens per ta vida

 

Père, mon père

(traduction de l’occitan au français de Paire, mon paire, Silvia Berger, 2e prix)

 

Père, mon père

 

Tous les goujons de toutes les rivières ont disparu

Ils se sont tus les moulinets de sureau

Les forêts ont englouti les cabanes

Arcs, frondes et cannes sculptées sont redevenues bois

 

Père, mon père

Et tout ce qui prenait vie par tes mains

 

Les fossiles sont muets

Ternes le mica et le quartz

Et la roche tait l’histoire de la terre

La girolle a perdu son parfum

Le coucou ne chante plus

 

Père, mon père

Et tout ce qui prenait vie par tes mots

 

La mûre est fade sous la langue

La myrtille ne saigne plus bleu

Le gour est de glace

Le cœur du lézard ne cogne plus ma paume

 

Père, mon père

Et tout ce qui prenait vie par tes sens

 

Noir est le bois lozérien

Sans écho de rire, sans jeu

Haute et froide la montagne

Qui a effacé ses sentiers

 

Père, mon père

Et tout ce qui prenait vie par ton amour

 

J’ai bercé ton départ des chants de ton pays

Ô Toulouse

Tu souriais en passant le miroir

Mais dans mon cœur pleure l’enfant…

 

Oh ! Tout ce qui prenait sens par ta vie !

 

Pére, mun pére

(Tranlaciun de l’occitan au poetevin-séntunjhaes de Paire, mon paire de  Silvia Berger, 2e pris)

 

Tots lés goujhuns avant foui de totes lés rivéres.

Lés moulinéts de pibolét s’avant tu taesai.

Lés fouràets avant engoulai lés buruns.

Arches, tire-challs é canes pirolàies revenant boes.

 

Pére, mun pére,

É tot çheù qui vivét pr tés méns.

 

Lés fossiles sant mudes.

Le mica, le quartz trlusant pu

E le rochàe taese l’istoere de la taere

La jhiréle at pardu sun sent-bun

Le coçhu chante pu

 

Pére, mun pére,

É tot çheù que vivét pr tés mots.

 

La moure ét fadasse su le lengue

La mirtille segne pu blleù

L’aeve ét gllaçàie

Le çheùr de rapiéte cougne pu den ma mén

 

Pére, mun pére,

É tot çheù qui vivét  pr tés sens.

 

Négre é le boes de Losére

Sen rebunbe de rire, sen jheù

Haùte é fréde la muntagne

Qu’at éfaçai sés vilajhes

 

Pére, mun pére,

É tot çheù qui vivét pr ten amour.

 

I ae ninai ta partance daus chants de tun péyis

Ô Toulouse

Te chaurissét en passant a trac le miroe

Mé den mun çheùr plleure l’énfant…

 

O ! tot çheù qui prenét aeme pr ta vie.