La Disseure

Jean-Marie COURIVAUD, 1er prèmi

 

Eisida, dins la Nauta Vinhana,

Ente ‘l’ espelis, entre dos ròcs,

La Disseure, ribiera aimada,

Perd son ama a Sent-German.

Despuei los pis deus Monts de Blond

‘la virona en s’eslusant

Abeurada de las bonas fonts

Que ressorsen au fond deu prats.

 

Davalant, sos lo pont de Rems,

‘la vira lo cuu a Brilhac,

Fiera d’arribar au Pont Binòt

Ente lo diable faïa sos còps.

 

Per traucar, genta ribiera,

Construit un pont fuguet.

Mas lo diable per tots punir

L’esbolhava totas las nueits.

 

Nodant fierament nueit e jorn,

Las troitas, los blancs e los brochets

Faïan lo bonur deus peschadors

A la linha o au carrelet.

 

A l’ombra de sas ribas

Possa la verta faugiera,

Sos los vielhs vernhes quintats

Per mielhs la veire lusir.

 

Avant de murir a Sent-German,

Un barratge frena  son chamin,

Brechant los prats e los ròcs

D’un si gentiu coenh ensebelit.

 

 

L’Issoire

(Traduction du poitevin-saintongeais au français de La Disseure, Jean-Marie Courivaud, 1er prix)

 

Née, en Haute-Vienne,

Où elle éclot, entre deux rochers,

L’Issoire, rivière aimée,

Perd son âme à Saint-Germain.

 

Depuis les pieds des Monts de Blond

Elle serpente en resplendissant

Abreuvée des bonnes fontaines

Qui sourdent au fond des prés.

 

En dévalant, sous le pont de Reims,

Elle tourne le dos à Brillac,

Fière d’arriver au Pont Binot

Où le diable faisait ses coups.

 

Pour traverser, gracieuse rivière,

Fut construit un pont,

Mais le diable pour tous les punir

Le démolissait toutes les nuits.

 

Nageant fièrement nuit et jour,

Les truites, les blancs et les brochets

Faisaient le bonheur des pêcheurs

A la ligne ou au carrelet.

 

A l’ombre de ses rives

Pousse la verte fougère,

Sous les vieux vergnes inclinés

Pour mieux  la voir briller.

 

Avant sa disparition à Saint-Germain,

Un barrage freine son chemin,

Et elle couvre les prés et les rochers

D’un si joli coin enseveli.

 

La Disseure

(L’Issoire, tranlaciun de l’occitan au poetevin-séntunjhaes de La Disseure, Jean-Marie Courivaud, 1e pris)

 

Sortie de tére en Hàute-Viane

Voure qu’a sourde au mitan de deùs rochàes,

La Disseure, rivére bén aemàie,

Chanjhe béréde a Sént-Jharmén.

 

Depeù le bas daus Monts de Blond,

A viroune, ac sés aeves çhi brlutant,

Groussie pr lés bounes funtaenes

Çhi sourdant den lés éfajhes.

 

Quant a déssend dessou le punt de Réns,

A vire le çhu a Brillac,

Toute fiéraude d’arivàe au Pont Binot,

Voure le diablle fesét sés sorcelajhes.

 

Pr la passàe, la jhelie rivére,

Le muntirant in punt.

Mé le diablle, pr lés daubàe trtouts

L’éboullét a toutes les neùts.

 

Jhour é neùt, lés truchats, lés dars

É lés brochets najhant, tout farauds,

Fasant le bouneùr daus legnours

Ou be daus paechours au tramall.

 

Den l’unbre de sés bords

Vént la vérte faujhére,

Dessou lés vieùs vargnes tout de ghénche,

Pr meù la vere trlusàe.

 

Avant de basir a Sént-Jharmén,

In barajhe fraene sun chemin,

Pi al abriye lés pacajhes é lés chiruns

D’in endrét si jheli é si capai.